Pourquoi avez-vous choisi de représenter les acheteurs ?

Nous avons réalisé qu’un acheteur, qui ne connait pas parfaitement la région dans laquelle il désire investir ainsi que les coutumes locales, va se trouver tout à fait démuni devant le grand nombre de propriétés offertes dans les journaux et dans l’Internet par la multitude d’agences immobilières.

En quoi êtes-vous différents des autres courtiers immobiliers ?

La très grande majorité des courtiers et agents immobiliers sont mandatés par des vendeurs désireux de vendre leurs propriétés. Cette position les amène à défendre les intérêts des vendeurs. Au contraire, nous ne représentons exclusivement que des acheteurs en les guidant dans leur recherche d’investissements et nous ne défendons que leurs intérêts.

Qui prendra soin de ma propriété si je réside à l’étranger ?

Nous recommandons à nos clients de bonnes sociétés de gestion et, dans certains cas, nous pouvons nous en occuper nous-mêmes. Quoiqu’il en soit, nous gardons un lien durable et permanent avec chacun de nos clients et sommes prêts à les aider à solutionner toute situation.

Quelle est la meilleure façon de minimiser la taxation ?

Il s’agit de choisir la structure la plus favorable en fonction de chaque cas. Pour cette raison, nous recommandons à nos clients de consulter nos experts comptables et fiscaux qui conseilleront à chaque acheteur, suivant son profil et ses besoins, la meilleure structure à adopter. Suivant le cas, l’achat pourra se faire en nom propre, ou au travers d’une société américaine ou étrangère à créer.

Quelle est la taxation lors de la revente ?

Il y a un impôt sur la plus-value qui varie selon la durée de la possession du bien.

Quelles sont les autres taxes relatives aux biens immobiliers ?

Il y a une taxe foncière annuelle basée sur l’évaluation municipale de la propriété. Pour les biens en copropriété, il y a les charges payables par mois ou par trimestre.

Quels sont les coûts d’acquisition pour un bien immobilier ?

Comparé aux autres pays, et surtout à la France, les coûts d’acquisition sont très bas aux États-Unis. Par exemple, en Floride, le coût total, incluant les honoraires de l’avocat et les droits de mutation, se situe à un peu plus de 1% du prix d’achat. Dans le cas d’un prêt hypothécaire, il faut ajouter une taxe de 0.55% du montant du prêt, plus des frais de dossier.

Comment la transaction se poursuit-elle alors ?

Dès que nous sommes en possession d’un compromis de vente signé par les deux parties, nous le transmettons à un avocat spécialisé dans les transactions immobilières. Ce dernier procède aux examens de titres et prépare l’acte final. Aux États-Unis, ce ne sont pas des notaires mais des avocats spécialisés qui traitent les ventes immobilières. (Un “Notary”, aux États-Unis, est une personne assermentée qui authentifie les signatures sur les documents officiels.)

Quel est le processus habituel d’un achat immobilier ?

Dès que notre client a fait son choix parmi les propriétés que nous lui avons proposées, nous déterminons une stratégie d’achat avec lui afin de déterminer le prix le plus bas à offrir au vendeur. En fonction de la réponse du vendeur, nous engageons une négociation jusqu’à l’obtention d’un accord final.

Facturez-vous une commission à vos clients acheteurs ?

Non, car nous touchons une partie de la commission déjà incluse dans le prix et qui est payée par le vendeur. En conséquence, nous offrons nos services sans frais pour nos clients

De quelle façon travaillez-vous avec les acheteurs ?

En tant que professionnels immobiliers licenciés, nous avons accès à toutes les propriétés disponibles sur le marché. Nous effectuons une première recherche extensive en fonction des critères donnés par nos clients. Nous visitons et analysons chaque propriété et affinons notre sélection en ne retenant que les meilleures d’entre elles que nous proposons alors à notre client.

En quoi le marché américain est-il différent de celui des autres pays ?

Contrairement à ce qui se passe dans la plupart des pays où les gens résident longtemps au même endroit, les nord-américains déménagent souvent, environ tous les sept ans, dans la même ville ou dans une autre région. En conséquence, le marché immobilier est très actif et un très grand nombre de transactions se réalisent.